Rallye du Villeneuvois (47)
Soubirous (47), les 10 et 11 septembre 2005

"Allo Philou, c’est DD, Je vais faire l’assistance de Cédric au Villeneuvois, près de Villeneuve/Lot, ça te dit de venir ?". 
Bah, Pourquoi pas … Ce sera une bonne occasion pour voir comment cela se passe. J’en ai toujours vu mais jamais fait, alors c’est d’accord.
De plus, du fait que dimanche matin, le départ est à 7h45, il est prévu de partir le samedi après midi, monter la tente au camping et passer la soirée en compagnie de Cédric et de sa famille. Donc, week end sympa en perspective.

Samedi 10 septembre.
DD passe me prendre vers les 15h avec Tito, un jeune que Cédric connaît et qui vient faire l’assistance avec nous. On charge le matériel de camping et direction Agen puis Villeneuve/Lot. En route, on discute avec Tito et celui-ci nous demande quel est vraiment le boulot d’assistance. 
DD, qui en a fait pas mal et entre autres celles de Christian Bruzi, lui explique qu’il faut être bien sur présent au parc d’assistance mais également partout où l’équipage le demande. On doit être prêt pour toute intervention mécanique sur la voiture. Un camion dit d’assistance est chargé avec tout le matériel nécessaire.

On arrive à Villeneuve et Cédric nous téléphone pour nous signaler l’emplacement du parc fermé car petit changement de programme, on campera tous ensemble près du parc et non pas au camping municipal. Des toilettes seront à dispo à la salle des fêtes contiguë au parc fermé. 
Celui ci se trouve en pleine campagne et on retrouve, près du camping-car, la grande mère de Cédric, Bernard son mari ainsi que Laura, la copine de Cédric. 
Tout d’abord, on part faire quelques courses au "Leclerc" de Villeneuve puis de retour au parc, on monte les tentes. Cédric arrive peu après en compagnie de son nouveau copilote. Surprise, je le connais. C’est Xavier Hanse, le copilote de Jean-Pierre Faur qui était juste derrière nous au Cadours avec son Honda. 
Ce soir au parc, il y a un apéritif offert par l’organisation et nous y sommes invités.
Peu après, Jean-Yves Lafitte, qui campe également près de nous et qui est concurrent à ce rallye vient voir Cédric pour lui demander s’il ne peut pas lui "préter" son assistance, c’est à dire nous, car il n’a personne pour ce week end. 
Ouarf ! C'était pas prévu, ça ! DD, Tito et moi sommes d’accord mais une "BM", ça n’a rien à voir avec une Peugeot. Pour ma part, je n’y connais rien et DD n’a pas du tout l’intention de bricoler une M3 en cas de problème. Jean-Yves nous dit qu’il n’y a pas de soucis, c’est uniquement pour conduire le camion et d'emmener celui ci le dimanche matin avant le départ de la première ES ainsi qu’à la fin des autres ES et bien sur au parc d’assistance. 
C’est d’accord, on fera donc les 2 assistances. On pensait aller un peu sur les spéciales mais là, va falloir assurer avec de surcroît 2 camions d’assistance.

Il est temps d’aller souper car il est prévu d’aller faire un peu de repérage sur l’ensemble du parcours afin d’éviter que l’on se paume avec les camions. 
On part donc à Villeneuve, direction une pizzeria du centre ville. Là, on y retrouve quelques amis de Cédric. Mince, la pluie commence à tomber. Manquait plus que cela. Du coup, 15 personnes à table à l'intérieur du resto. 
Vers les 22h, il est temps d'aller au repérage. On prend 2 voitures, direction Casseneuil et Ste Livrade sur Lot. Là, on repère un endroit sympa pour demain matin et on continue vers le parcours des spéciales. A la fin de la spéciale, un dernier repérage pour l'emplacement de la seconde assistance et retour au parc. 
Avant d'aller se coucher, on fait un petit tour du côté du parc fermé. Une visite privée du parc pour nous tout seul. Le gardien n'est pas très loin et Cédric en profite pour nous faire un petit topo sur les "BM" devant nous.
La "0" appartient à un belge, Laurent Molle, qui a reproduit à l'identique la BMW M3 "Gam" d'Hughes Delage, le père de Cédric et organisateur de ce rallye, celle avec laquelle il a été champion de France 2ème Div en 1993 et 1994. Les 3 premières BMW 318 Compact sont des clients à son père et donc préparation "Delage Sport". Il s'agit d'Antony Mora, Eric Thuel-Chassaigne et Reynald Moynet. 
La suivante, la  N°4 est la M3 GrA de Jean-Yves Lafitte, celle dont on va faire aussi l'assistance demain toute la journée. La 205 de Cédric est un peu plus loin et a le N° 10. Il commence à faire frais et il est temps d'aller se coucher. Demain, une longue journée nous attend.

Dimanche 11 septembre.
Après une courte nuit, lever 6h. C’est vrai que c’est un peu tôt mais au moins, ça nous laissera le temps de se préparer. En parlant de temps, c’est celui de la météo qui se dégrade. De gros nuages apparaissent au lever du jour et la pluie ne tarde pas à tomber. 
Il fallait s’y attendre, Jean-Yves vient nous trouver et nous dit qu’il va falloir changer les pneus avant le départ de la 1ère ES, bref qu’il va falloir assurer dès le début.
Le départ de la 1ère voiture est à 7h45 et Jean-Yves a la n°4, donc y’à pas à tortiller, il ne faut pas tarder à partir et rejoindre l'emplacement choisi la veille. Je prends le camion de Cédric avec DD et Tito prends le camion "RTE" de Jean-Yves en compagnie de la femme de ce dernier.

La pluie tombe de plus en plus et la route est trempée. Cédric n'a pas de pneus pluie et çà, ce n'est pas bon du tout. 
On arrive à Ste Livrade sur Lot et personne à l'emplacement que l'on avait repéré. Super. 
On se prépare pour l'arrivée de la "BM". On voit passer les voitures ouvreuses puis les premières 318 compact. Il ne va pas tarder. La BMW jaune et bleu déboule du virage dans un bruit d'enfer caractéristique aux M3. Il se range et c'est parti pour le changement des roues.
6 minutes après, la N°10 de Cédric arrive et se range devant la M3. Pas grand chose de prévu mis à part enlever la roue de secours, essuyer l'eau qui recouvre la malle et la pression des pneus. 
La M3 repart quelques minutes après ainsi que Cédric, peu après. Pour nous, c'est terminé pour le moment.
On doit rejoindre rapidement le parc d'assistance situé à Saint Etienne de Fougères, pas très loin d'ici afin de trouver de bonnes places pour les 2 camions et les 2 autos.

Arrivé au parc d'assistance, peu de monde déjà installé. Faut dire que l'on a l'avantage d'avoir les premiers numéros. Les autres assistances ont du faire comme nous, choisir un endroit avant le départ de la 1ère ES et ils arriveront donc plus tard. C'est tant mieux pour nous.
L'attente n'est pas longue et la M3 de Jean-Yves ne tarde pas à se ranger derrière l'un des camions. La première ES s'est moyennement bien passée pour lui et il nous dit qu'il conserve les pneus actuels car malgré que la pluie ait cessé, la route reste malgré tout détrempée. 
Cédric arrive peu après et comme il fallait s'y attendre, il n'a pas du tout été à l'aise avec les "Slicks" chaussés sur sa 205.

1h25 !!. C'est le temps imparti pour l'assistance. Bigre, c'est un peu long tout de même, surtout pour ceux, comme nous, qui n'ont rien à faire sur ce coup là. Ben, ce sera la pause photo alors !

Cédric et Xavier viennent d'arriver
La 205 et la M3 au parc d'assistance

DD, Xavier, Cédric et Tito

Après cette longue attente, les premières voitures commencent leur entrée au parc de regroupement puis à repartir vers la 2ème ES.

Antony Mora va entrer au parc de regroupement

Avant de partir, Alain Agar, un concurrent près de nous et connaissant bien Jean-Yves me demande si je peux prendre ses pneus "Sliks" pour les changer tout à l’heure avant la spéciale de début d’après midi. Bah, oui.
On part donc avec les 2 camions direction Casseneuil et vers l’emplacement repéré la veille sur la liaison.
On trouve un super endroit, pas un chat, alors on commence à s’installer et à sortir les roues au cas où Jean-Yves veuille les changer. On sort également une bombe anti bruit de courroie pour Cédric. 
L’attente est de courte durée et les premières ouvreuses font leur apparition en haut de la côte.
On voit la M3 arriver et on la fait ranger sur le parking. Jean-Yves constate que l’on a fait du bon  boulot pour trouver l’emplacement et d’avoir préparer les roues. Il nous dit que tout compte fait, il garde les "pluies" car la route est encore humide. On verra après la pause casse-croûte.
La M3 repart peu après et guettons la 205 rouge de Cédric en haut de la côte.
La N°9 passe et je me mets de l’autre côté de la route pour lui faire signe dès qu’elle arrivera.
Une auto approche, la "15" ?, puis la "17" ??, la "18" ???
"Que fa !!" dis-je à DD posté de l’autre côté de la route.
On s’apprête à arrêter la prochaine pour leur demander s’ils n’ont pas vu la 205 rouge mais DD sort son portable et compose le numéro de Cédric.
"Cédric s’est sorti" me dit-il. Merde. Apparemment, pas de bobo mais la voiture est immobilisée et doit attendre le passage de la dernière voiture pour la sortir du fossé.
Bon, inutile d’attendre à 4. Tito et la femme de Jean-Yves vont repartir avec le camion "RTE" et j’attendrai avec DD l’arrivée de la 205.
Tito me dit qu’il est incapable de retrouver le chemin du parc fermé et la femme de Jean-Yves encore moins.
Je me propose donc de ramener le camion "RTE" au parc car j’avais repéré la route la veille au soir. Ca c’est mon côté copilote qui ressort …
Bref, nous voici arrivé au parc et on se gare comme on peut car il y a pas mal de monde maintenant au parking.
Je pars voir Laura et les grands parents de Cédric pour leur dire qu’il est sorti mais que tout va bien. Ils sont au courant. Il ne reste plus qu’à attendre.

Du coup, je pars me balader en attendant l’arrivée de la 205 et du camion.
Surprise, je croise Steeve et Julie qui sont venus en spectateur encourager Cédric. Pas de bol.
La 205 arrive finalement après les dernières voitures. Cédric et Xavier ont le moral à zéro. Tous leurs copains s’approchent de l’auto et lui demandent ce qu’il s’est passé.
Mais laissons parler Cédric :

"Départ ES 1 sous des trombes d'eau en "slick" quasi mort (car pas de pneu pluie) et sans ventilation intérieure (moteur mort) d'où de la buée partout sur le pare brise ! 
J'essaye tant bien que mal de garder un rythme soutenu, mais cela glisse partout et le verdict Tombe = 23eme Scratch.
J'avais vraiment les boules et j'ai voulu me refaire dans l'ES 2 .J'attaque fort, très fort au delà des possibilités de ma caisse.
C'était beau à voir autant de l'intérieur que de l'extérieur...(d'après les spectateurs) mais à 500m de l'arrivée dans un gauche 90, l'arrière s'est dérobé. 
Nous avons glissé sur 250m à l'équerre de la route pour finir dans le fossé. Pas de spectateurs, impossible de la ressortir... abandon.
La voiture n’a pas grand chose : pare choc, bas de caisse et traverse légèrement tordu ... mais un gros coup au moral.
Je tiens à remercier tous ceux qui m'ont aidé à sortir l'auto du fossé.
A tous mes amis qui s'étaient déplacés pour m'encourager et surtout aux copains (André, Philippe, Tito...) et mes grands parents pour leur soutien et l'assistance".

Vu que la voiture est en état de rouler, le père de Cédric lui propose de passer en "000" pour cet après midi. Cédric est tellement dégoûté qu’il préfère aller sur les spéciales.
Entre temps, Jean-Yves Lafitte vient me voir pour me demander ce que l’on allait faire vu que Cédric abandonnait.
Hummm. Bah oui après tout, on va aller voir le rallye maintenant !!

Mais non, bien sur que l'on va continuer....  Cà serait même vâche de notre part de le laisser tomber.
Du coup, on aura pas trop le temps de déjeuner car il va falloir partir à Ste Livrade, à l’emplacement de ce matin. Alain Agar vient me voir pour me demander le lieu de rendez vous que l’on a fixé avec Jean-Yves. Un autre concurrent, Olivier Wesoly, profite de l’occasion et du camion pour emporter également ses "Sliks" et bien sur nous demander aussi le point de rendez vous.
Bah oui, ils sont tous en pneus pluies, il fait un beau soleil maintenant, les routes sont sèches et leurs camions d'assistances respectifs sont au parc, là bas à St Etienne de Fougères.
J’ai l’impression que l’on va pas mal bosser tout à l’heure !!!

Je prends donc le camion "RTE", DD son "Espace" et nous voici parti à Ste Livrade.
Après reclassement, la M3 de Jean-Yves n’est plus dans les premiers et les autres autos, celles d’Alain et Olivier ne sont pas très loin derrière lui.
On sort les 3 jeux de pneus et on attend.
La M3 déboule aussi bruyamment que ce matin et c’est parti pour le changement des roues.

On change les roues de la M3

A peine terminé, c’est la 205 d'Olivier qui arrive et on leur donne un coup de main pour changer leurs roues. 2mn plus tard, c’est la 206 d’Alain qui se range derrière et pareil, on leur donne un coup de main pour changer les roues.
On assure comme des chefs et les 3 autos repartent les unes après les autres dans un boucan d’enfer.

Ce n’est pas fini, maintenant il faut aller au parc d’assistance et attendre à nouveau la "BM".
On retrouve la place de ce matin et on range le camion "RTE" et  "l'espace" de DD l’un à côté de l’autre.
Peu de temps après, la M3 arrive et Jean-Yves nous demande de changer à nouveau les 4 roues pour mettre cette fois ci des pneus plus tendre.
Et c’est reparti. Là, on commence à prendre l’habitude et on met beaucoup moins de temps pour monter les 4 roues.
Et comme ce matin, 1h25 à attendre avant de rejoindre le parc de regroupement et la 4ème ES.
Le coup de barre me prend et j’en profite pour aller me relaxer un peu dans "l'espace" et de prendre encore quelques photos.

La M3 au parc
Photo : Michael Andrieux

L'intérieur de la M3

On pourrait aller sur la spéciale, on a le temps, mais il va falloir cavaler après pour revenir au parc avant que Jean-Yves ne revienne. On décide donc d’y aller plus tard, pour la dernière ES.
Les autos partent les unes après les autres et nous allons donc attendre que la "BM" revienne.
A peine 1 quart d’heure plus tard, elle réapparaît et DD lui fait signe de se ranger au même endroit. Jean Yves veut décaler la barre stabilisatrice.

Jean-Yves règle la barre de stabilisation

Pour cela, il faut démonter les 2 roues avant et régler la barre. On se contente, Tito et moi, comme d’hab', de démonter les roues. DD s’essaye à régler la barre sous couvert de Jean-Yves.
Pendant ce temps, le copilote de Jean-Yves me dit que dans cette spéciale, ils ont descendu la barre des 4mn chrono et qu’ils ont été très très vite. 4ème au scratch. A un moment, ils étaient à fond de 6ème, au "rupteur", c’est pour dire la vitesse ! "C’est pas un jouet cette voiture", conclut-il.
On finit de remonter les roues et nous n’attendons pas qu’il reparte.
On prends le camion et "l’espace" puis on file vers la spéciale vers un point spectacle, à une épingle. On range le camion et qui est-ce qu’on retrouve ? Cédric, Laura, les grands parents, Xavier, Steeve et Julie.
On se poste un peu plus haut avec la femme de Jean-Yves et on attend le passage des premières autos.
Un speaker est là pour assurer l’ambiance et la "00" ne tarde pas à arriver.
Spectacle forcément prévu à l'avance mais bien sympathique, la M3 se livre à 4 ou 5 "360°" dans l’épingle à la plus grande joie des spectateurs. La "0" fait de même et pour conclure en beauté, sachant que le podium était fixé, la 318 d’Antony Mora puis celle d'Eric Thuel-Chassaigne en profite pour en faire autant. Sympa (Voir vidéo en bas de page).

Après le passage de Jean-Yves et d’Alain Agar, on décide de rentrer.
Au parc, on commence par démonter la tente, Jean-Yves et son copilote viennent nous remercier pour notre aide, on fait un peu de rangement et puis finalement, vers les 18h30, on se prépare pour repartir vers Toulouse.

Avant de démonter la tente. Derrière à droite, le parc

Sur le chemin, on s’arrêtera tous à la première aire de repos sur l’autoroute pour souper.
Je monte avec Xavier et à la sortie d’Agen, c’est la pluie qui commence à tomber.
Arrivé sur l’autoroute et comme il en avait été convenu, on s’arrête à l’aire de repos où nous attend le camping-car des grands parents de Cédric ainsi que Steeve et Julie.
C’est un véritable déluge.

Voilà, le week end se termine avec ce petit pic-nique humide mais tout de même fort agréable. Je suis claqué mais tout de même content. On ne s’est vraiment pas ennuyé.
On voit le rallye encore d'une autre façon.
Ce n’était vraiment pas prévu au départ, on ne devait faire que celle de Cédric mais on a réussi à faire l’assistance partielle ou complète de 4 autos différentes et qui plus est d’une M3, ce qui n’est pas forcément donné à tout le monde !!
Dommage pour Cédric qui n’a pas terminé ce rallye. Il tenait vraiment à ce que ça se passe bien. Ce n'est que partie remise et ce sera bon pour la prochaine fois.
En tout cas, un grand merci à lui pour ce week end, à ses grands parents pour l’accueil et si l’occasion se représente de lui faire l’assistance à nouveau, je serais partant pour renouveler l’expérience.

Cédric dans l'ES1 et ES2 (2,3 Mo).
Jean-Yves dans l'ES1, ES2, ES3, ES4 et ES5 (6,6 Mo).
Le "360°" d'Antony Mora dans l'ES5 (1 Mo).

Extraits de la vidéo intégrale du rallye disponible sur : http://centreouestrallye.free.fr. Ces extraits sont diffusés avec l'autorisation des auteurs. Un grand merci à Grégory pour m'avoir envoyé ces vidéos.

Liens :
Le site de Cédric Delage avec une rubrique sur l'étonnant parcours de son père.


Début de page
Retour menu