25ème Rallye du Fenouillèdes (66)
Rivesaltes - Ille sur Têt (66), les 24 et 25 novembre 2007

Début novembre.
Le Fenouillèdes arrive à grand pas, le stress aussi.
9 novembre , DD change les biellettes de suspension ainsi que les supports moteur , les vitres arrières sont démontées pour refaire le joint, et là, c’est notre Xav qui intervient ( quel talent ).

15 novembre, réunion de l’association chez Pat, enfin au garage ou l’on s’est gelé.
Un événement, nous avons deux membres de plus; David BERARDI, un pilote et Jean–Marc PICARD un ancien pilote reconverti à l’assistance chez nous, reste à leur trouver des surnoms.
Le Xav nous annonce qu’il a réussi à nous obtenir un prix pour louer un fourgon chez Kiloutou Colomiers, donc on abandonne l’espace.
Suite de la réunion, nous décidons de faire une caisse commune pour les repas, Momo prend son barbecue tout en dégustant un whisky coca ainsi qu’un gâteau.
J’imprime au boulot la liste des participants, pour ce 25e rallye du Fenouillèdes Pat et Phil sont n°103 et nous n°51, avec la voiture qui est jaune, je sens que l’on va se faire chambrer.
0h 15, fin de la réunion et samedi 17, je pars pour les recos, à 6h00 du matin, nous avons les notes mais il y a juste une petite modification sur la longue.
DD est déjà à ILLE sur TET .
Pour les recos, nous avons pu négocier avec le garage Gaset, d’avoir des pneus légèrement usés afin de préserver ceux de tous les jours.
Maintenant, bonne nuit.
Allez, direction les PO avec mon PT CRUISER …sans GPS ( pour DD).
Arrivé à ESTAGEL à 8h30, café puis retrait du road-book.
A ILLE, je suis accueilli par DD et ses parents qui nous ont préparé la cuisine pour la pause de midi ( les parents, pas DD ).
Montage des roues, puis départ pour les recos.
La 309 fonctionne très bien et voici que mon pilote se prends pour Sébastien LOEB, il tire le frein à main à l’épingle de la carrière et oh surprise celui là fonctionne donc tête à queue. Les notes tombent très bien, on fait un passage à Cassagnes chez Philou qui nous offre l’apéro, passage à Ille pour déjeuner, enfin c’est plus un goûter vu l’heure.
Pour moi, fin de journée retour à Colomiers ! ! !
Allez sept jours puis les GAF, DAF, OUAF …

Vendredi 23, j’ai posé ma demie journée.
De retour à la maison, vérifs perso, road-book, notes, chrono, combi, etc …
La nuit dernière fut entrecoupée, la pression commence à monter.
Rendez vous au garage pour le chargement.
Xav arrive avec le fourgon, chargement, puis passage chez Pat pour récupérer le compresseur, ses roues …
Départ pour Perpignan par la route.
Arrivée directe au circuit du Roussillon pour les vérifs administratives, montage des roues par notre assistance et vérifs techniques.
La 309 et la Clio sont passées.
Nous posons les voitures au parc de regroupement, nous allons dîner à la cafétéria du centre commercial où notre Philou avait repéré une petite serveuse puis direction Toulouges chez les parents de Pat qui ont une fois de plus la gentillesse de nous accueillir.

Samedi 24, réveil vers 8h00, un bon petit-dèj puis direction le parc de regroupement afin de connaître nos horaires de départ.
Avec Philou, nous réglons nos chronos.
10 minutes avant l’heure réelle de départ ( 12h51 ), la voiture démarre, pointage, photo, tour de circuit et liaison jusqu’à l’assistance ou nous restons 10 minutes le temps de faire la pression des pneus, nettoyage des vitres.
Direction la première ES ( BELESTA – SOURNIA ) qui fait 20 kms 120.
Par prudence je vais signaler au concurrent derrière nous que s’il nous rattrape on le laissera passer, c’est une Clio modèle avion rafale ou mirage. Il est effectivement passé dans la descente des Auzines au niveau du rocher.
5, 4, 3, 2, 1, go, nous nous élançons, les GAF, DAF, s’enchaînent, la voiture fonctionne très bien, ô miracle nous passons le stop de Montalba sans nous arrêter, ligne droite, je jette un oeil au compteur qui je crois indique environ 150 km/h, descente des Auzines puis arrivée à Sournia ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !
Génial, le rallye commence bien, liaison jusqu’à Estagel.
DES 2 pour 9kms ( ESTAGEL – CALCE ), nous sommes bien coordonnés, arrivée à CALCE, on est très content.
Maintenant, liaison jusqu’au regroupement place du Foirail à ILLE sur TET pour 3h00.
Nous nous rapprochons de notre assistance pour grignoter.
Sortie du parc de regroupement à 20h15 via l’assistance pour 20 minutes pendant lesquels nos joyeux compères nous installent la rampe, font les vitres, les niveaux, pressions des pneus.
20h35, sortie assistance puis nous avons 18 minutes pour monter à Belesta pour un départ théorique de l’ES 3 de nuit à 20h 56.
Un arrêt de course est signalé.
Il fait froid, le vent est glacial, la voiture refroidit. DD essaie de maintenir la température de l’huile mais celle–ci reste à 70.
Nous prenons le départ réel à 21h35.
3, 2, 1, go, on y va, on commence à négocier le premier gauche annoncé, DD me dis «on attaque pas, je ne la sens pas» suivit d’un deuxième gauche, un droite, un autre droite puis un gauche plus serré, puis un droite plus rapide et là  ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !
Pendant que j’annonce les notes à DD, il dit «merde, merde, merde ( 3 fois ) » et là je sens l’arrière de la voiture qui décroche, tête à queue, puis tonneau dans le fossé, on est secoué, tout remue dans la voiture, puis celle-ci se stabilise enfin contre un arbre. Nos premières paroles sont : «comment tu vas ? » Il me répond, que ça va, on sort de là.
a voiture est couchée de mon coté, j’escalade, sors, tiens la porte et on dégage, DD jette le casque de rage.
Pendant ce temps, je retourne dans la voiture récupérer mon portable pour pouvoir prévenir le PC course, je leur explique que nous sommes dans le ravin, que la voiture n° 51 est hors course.
La personne que j’ai au téléphone me remercie bien et le comble, on ne nous propose même pas la dépanneuse, on nous demande pas si cela va, si on a besoin de secours, rien.
Heureusement, DD connaît quelqu’un qui a un garage, il l’appelle et celui–ci nous rejoint avec la dépanneuse pour sortir la voiture du ravin.
Pendant ce temps, je préviens notre assistance qui arrive pendant que la 309 est tractée sur le camion.
Elle est emmenée au garage à ILLE et nous, nous filons rejoindre Pat et Philou avec le fourgon à Toulouges.
Sur place, nous grignotons, racontons nos péripéties et vers 1h30 du matin, on se dirige pour une nuit agitée.

Réveil avec mal de tête, nous déposons Pat et Philou qui avaient laissé la Clio au parc de regroupement du circuit, rencontrons quelques forumeurs, quelques concurrents et nous allons rejoindre le Xav et Momo pour l’assistance.
Installation de celle–ci, préparation du barbecue.
Vers 12h00, DD appelle le garage pour aller voir la voiture, la démarre et rentre chez ses parents avec.
Dans l’après midi, on va la chercher et on décide de rentrer avec.
Passage à l’assistance, elle attire les regards, j’en fais quelques photos, on pose des plastiques sur le hayon, la vitre latérale, on fait les niveaux d’huile, lookeed de frein et on s’en va.
Arrivés au garage, on pose la voiture au fond sachant que c’était son dernier tour.
Notre assistance arrive avec Philou, on décharge et tout le monde rentre à la maison.

PS :
Après la sortie de route, de rage DD me dis : «Je revends tout et on arrête ».
Oh non, je n’osais pas lui dire mais malgré l’incident, je n’avais aucune envie d’arrêter.
Un peu plus tard dans le froid, bonne nouvelle, on décide de chercher une coque, un arceau et on remonte le reste pour repartir.
En attendant, on fera l’assistance de Pat et Philou.

Donc, à bientôt pour de futurs GAF, DAF, OUAF …….

Début de page
Retour menu