20ème Rallye des Côtes du Tarn (81)
Rabastens (81), les 22 et 23 octobre 2005

Comme prévu, après le Cadours, c'était aux Côtes du Tarn que nous avions décidé de nous rendre avant le Fenouillèdes. Je l'avais déjà fait 2 fois en spectateur et j'étais à cette époque, à des années lumières de penser le faire un jour en tant que participant.

Dimanche 16 octobre - Les recos.
Enfin voilà, le jour des recos arrivent et tout se passe pour le mieux. A part un brouillard persistant dans la matinée, je commence à être à l'aise dans la prise de note et question guidage avec le road-book, c'est du billard.
A un carrefour, on rencontre David Berardi et Carole sa copilote. Ils reconnaissent également, cherchent un peu leur route et on en profite pour discuter un peu.
Question tracé, pas mal de rapides, voire très rapides, des virages, des épingles enfin de tout pour régaler un grand nombre d'équipages.

Samedi 22 octobre - Les vérifs.
Réveil à 6h mais cela faisait bien 1h30 que je ne dormais plus. Le stress habituel à la veille de ce genre de manifestation. Il a quelques années, avant les concerts à Melun et Orléans, c'était pareil.
On est convoqué pour 8h15. Ca fait un peu tôt surtout en venant de Toulouse.
J'arrive tout de même chez Patrick pour 6h45 et je retrouve l'irremplaçable DD ainsi que Xavier Hanse, rencontré au Cadours puis copilote de Cédric au Villeneuvois et qui s'est proposé pour venir faire l'assistance tout le week end. Mais déjà la fatigue me gagne. Petits yeux et pas trop la forme. Et oui, couché minuit, réveillé à 4h30, pas bon du tout ça !!
Bref, en plus pour cette fois ci, petite particularité, c'est moi qui emmène la Clio à Rabastens et qui vais devoir assurer pour les vérifs administratives et techniques. En effet, Patrick a un empêchement familial et pourra nous rejoindre que sur les coups de midi.
Bah, je vais pouvoir conduire la Clio (Yesss !), c'est bien déjà !!. DD et Xavier seront avec moi pour changer les roues et décorer la Clio.
Sur l'autoroute qui m'emmène vers Rabastens, on voit qu'il y a des "Watts" sous le capot. Bigre, à chaque coup d'accélérateur, la Clio décolle. Pas plus de 130, restons calme.

Arrivé à Rabastens, direction la cave coopérative. C'est là qu'ont lieu les vérifs.
On a le N° 89.
Liste des engagés.

Pendant que DD et Xavier s'affairent sur la Clio, je pars aux vérifs administratives et devinez qui est à côté de moi ... David avec qui je discute très rapidement car le technique nous attend. Là, je suis moins à l'aise car côté véhicule, faut dire ce qui est, je n'y connais rien du tout et à la moindre question qui pourrait m'être posée, ce serait la panique totale.

DD et Xavier décorent la Clio

Finalement, pas de soucis, la Clio passe le contrôle mais je vois qu'il faut pointer à la sortie. Tiens, c'est nouveau, ça. Apparemment nouveau, non mais pour moi, si. Xavier me dit que c'est normal vu la distance entre les vérifs et le parc qui est de l'autre côté du Tarn, à Couffouleux. Le but est d'éviter que des petits malins s'amusent à bricoler leur titine avant d'aller au parc.
Ok, je pointe et direction le parc fermé. Xavier est avec moi et arrivé là bas, on range la voiture et retournons bien sur aux vérifs pour aller voir se qui se passe. Nous y retrouvons les Dessens père et fils, Jean-Yves Lafitte, quelques connaissances de DD et de Xavier.
Peu après, on part déambuler dans le marché au centre ville puis vers midi, Patrick nous rejoint et partons casser la croûte au  bar "le progrès".

Tableau de bord
Engagés : 115
304,7km
dont 111,6km d'ES et 193,1km de liaison
2 étapes et 6 sections

Groupe N : 43 - Classe N3 : 18

Samedi 22 octobre - Le rallye.
Toujours attablé à la terrasse du café, on voit passer les voitures ouvreuses puis la 306 de Jézequel suivi de la S1600 de Beuron. Nous, on a encore le temps. N° 89, on part donc dans un peu moins d'1h30. Je ne tiens pas en place et insiste lourdement pour aller se changer puis aller vers le parc.
On verra les voitures partir là bas aussi, je connaîtrai notre heure exacte de départ et surtout il faut que je sois dans l'ambiance, c'est important pour moi.
14h39, c'est notre heure de départ. 14h29, on rentre dans le parc.
Je pointe, le speaker nous annonce et c'est parti.

ES 1 - Montaigut - 8k050
On arrive tranquillement au carrefour nous emmenant à la première ES et là, bloqué. Que ce passe t-il ? Arrêt de course. Bigre, ça commence mal. Les infos circulent. C'est Lafitte qui est sorti au pont !! Mince. Est-ce grave ? Non, pas de bobo, il est reparti, mais 3 autres sorties de route ont neutralisé la course pendant 30mn.
On a le temps de faire connaissance avec les équipages autours de nous. Il fait très chaud. 
Juste devant nous, c'est le sympathique et dynamique équipage Tarnais de Christophe Mignella et Alexandre Aslanis alias "alex81" sur Rallye-Forez et de plus webmaster du site http://perso.wanadoo.fr/pdarallyesport. Derrière, nous avons Jean-Philippe Hot et Frédéric Albouy, 2 jeunes Aveyronnais avec qui nous sympathisons également rapidement.
Enfin, notre tour. Avec le retard, au lieu de partir à 15h12 on part du coup à 15h45.
5.. 4.. 3.. 2.. 1.. Ca y est, c’est parti.
Tout se passe bien. La caméra embarquée est branchée. Pas mal de monde aux endroits stratégiques et la route défile. Au bord, quelques autos en perdition dont celle de Beuron et surtout l'un de nos prédécesseurs, complètement retourné dans le fossé.
Arrivé au point stop, on fait le bilan. On a bien roulé mais comme à l'habitude en début de rallye, on se teste un peu pour se mettre en appétit !!

Tableau de bord ES1
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
5m41,1s
85ème / 105
84km/h
+1m02,7
4m38,4s (Jézequel)
 

Dans les bois dans l'ES1 - Photo : x

ES2 : Salvagnac - 9k300
On se dirige vers la 2ème E.S., celle de Salvagnac. 
Garé sur une aire de repos, DD et Xavier nous attendent. On discute rapidement de nos impressions et on repart.
Arrivé près du CH, encore un bouchon, la spéciale est neutralisée.
Contrairement à Montaigut où les autos repartaient au moment où nous sommes arrivés, là ce n'était pas le cas et pas d'infos sur un éventuel départ.
Je pointe tout de même à l'heure, 16h15. 
Le moral est en baisse car déjà fatigué par le peu de sommeil, une migraine commence à s'installer. Humm, pas terrible tout cela.
Je retourne m'asseoir dans la Clio pour essayer de dormir un peu ou du moins me reposer mais rien à faire.
On attend bien 40mn avant de repartir.
On branche à nouveau la caméra, départ à 16h53 et c'est reparti.
Aucun soucis durant la spéciale. On a bien roulé mais comme après la première ES, la fatigue commence a redoublé. On en discute avec Patrick sur le trajet qui nous emmène au bourg de Salvagnac, lieu de la première assistance. Il ne faut jamais sous-estimer l'énergie dépensée lors d'une spéciale, qu'elle soit intense ou non. Pour ma part, c'est un fait, déjà arrivé fatigué ce matin, mes batteries se déchargeaient à une vitesse "grand V" !!.

Tableau de bord ES2
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
6m14,4s
79ème / 99
89km/h
+1m06,7
5m07,7s (Jézequel)
 

Arrivé au parc d'assistance situé en plein centre de Salvagnac, on retrouve DD et Xavier qui nous font signe de s'arrêter à l'endroit ou se trouve l'Espace.
On aperçoit la Lancia de Pascal Villemagne salement amochée.
Pas trop de boulot sur la Clio mise à part de resserrer par sécurité les boulons des roues. Du coup, DD et Xavier partent sur une spéciale, histoire de nous voir passer pour la prochaine.
Pour moi, je ne suis même pas descendu de la voiture. On a un peu moins d'une heure avant de repartir, je reste dans la Clio et tente à nouveau de dormir un peu.

17h45, ça va bientôt être l'heure d'aller pointer. C'est pour 17h53.
Mal reposé dans la Clio, on prend la direction de Lisle sur Tarn pour un regroupement en théorie de 25mn. En théorie car vu les arrêts de course, on devrait rester que très peu de temps. C'est le principe des regroupements, combler les trous lors des abandons et rattraper le retard s'il y a lieu.
Arrivé au bourg, je guide Patrick sans problème et arrivons au centre ville. Le parc de regroupement est situé sur la place centrale et comme il fallait s'y attendre, pointage à 18h18 et seulement 1mn pour aller pointer de l'autre côté de la place, à la sortie de parc. Ca, c'est du rapide !!. Pas le temps d'admirer cette superbe place. On prend le nouveau carnet et direction la spéciale de Montaigut.

ES3: Montaigut - 8k050
A ce moment là de la journée, il est vrai que je n'en peux vraiment plus et qu'il va falloir se motiver sec pour continuer.
15mn plus tard, nous voici revenu au départ de cet après midi. Pointage à 18h34 et en avant.
J'assure tout de même, tant bien que mal, à balancer les notes mais je m'aperçois que j'ai du mal à me concentrer. Normal, vu l'état du bonhomme.
On fait presque le même temps que dans la première et on file sur l'ES de Salvagnac.

Tableau de bord ES3
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
5m42,3s
82ème / 96
84km/h
+1m00,0
4m42,3s (Roux)
 

Au milieu de la liaison, je demande à Patrick de s'arrêter au bord de la route. En plus de la fatigue, d'une migraine tenace, c'est la nausée qui me prend soudain. Manquait plus que cela.
Vlam, j'arrose le bitume et encore tout flagada, on arrive au départ de la dernière ES de la journée.
Là, je pense que ça va vraiment être très dur.

ES4 : Salvagnac - 9k300
Pointage à 19h06. Il commence à faire nuit.
Avec tout le retard accumulé, la plupart des équipages n'ont pas de rampes de phare. Nous non plus d'ailleurs. Et c'est parti.
On ne voit rien du tout. Les notes annoncent un GAF à 100m mais le problème c'est qu'à 100m, c'est le noir complet dans le sous-bois. Ben oui, les rampes, ça sert un peu à ça, simuler un peu le jour pour y voir plus clair. De plus, c'est l'aurore, donc pas assez nuit pour bien éclairer et pas assez jour pour voir correctement. La galère.
Moi, ça va pas trop mal. Bizarrement, je n'y pense pas et essaie de me concentrer avec le peu d'énergie qui me reste !! Ca se passe bien. 
Et tout à coup, dans la ligne droite juste avant un léger "pif-paf" et la grande pente avant un carrefour, un tracteur se dessine dans le faisceau des phares. Quoi !!! ....... Un tracteur !!!
Affolé, Patrick écrase le frein et on pousse chacun une gueulante dans nos micros.
Apparemment, le conducteur du tracteur semble aussi affolé que nous, il branche ses gyrophares et continue sur 20m de spéciales !!!! Il faut le voir pour le croire. Nous n'avions pas branché la caméra car il faisait nuit et que cela n'aurait rien rendu mais cela était tellement irréel que la vidéo aurait pu figurer dans le bêtisier des rallyes !!!
Le tracteur se range sur la gauche et nous reprenons la course hébétés de ce qu'il vient de se produire ...
Arrivé au point stop, on signale l'incident. Incroyable nous disent les commissaires.
Une explication rationnelle nous vint plus tard. Il y a eu presque 1 heure de retard dans le planning de la journée et l'agriculteur a du se dire : "Il fait nuit, leur course doit être terminée je peux rentrer chez moi".

Tableau de bord ES4
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
6m24,7s
70ème / 91
87km/h
+1m10,6
5m14,1s (Roux)
 

On prend la direction de Rabastens mais encore une fois la nausée me reprend. Je demande à Patrick de s'arrêter et me vide à nouveau. L'équipage suivant s'arrête peu après derrière nous. Ils demandent ce qu'il se passe. On leur explique notre mésaventure et Frédéric, le copilote, s'occupe de mon état. Je suis à ramasser à la petite cuillère, comme on dit.
Je remonte dans la Clio car il faut aller pointer tout de même au parc.
La route est interminable. Je suis à bout de force et sur la "réserve" au niveau épuisement.
J'aurais réellement déclaré forfait s'il avait fallu refaire une autre spéciale.
Arrivé à Rabastens, Patrick me dit qu'il ferait bien le plein avant de rentrer la Clio au parc. Bah pourquoi pas mais la station est en train de fermer. On retrouve DD et Xavier à ce moment là et il parait que les charmantes pompistes ont accepté de rouvrir pour nous.
Moi, j'ai rien vu du tout, avec l'odeur de l'essence, ça a été le coup de grâce et pendant que la Clio se remplissait, moi je me vidais du peu qu'il me restait.

On arrive au parc d'assistance pour un peu moins d'une heure. Moi, je reste évidemment dans la Clio. Va falloir aller pointer à 20h09 et ramener la Clio au parc.
J'arrive tout de même à assurer car l'épuisement est total mais je suis capable de calculer l'heure et de ne pas me gourer au pointage. Encore heureux.
20h24, je pointe en avance et la Clio est rangée pour la nuit.

Tableau de bord fin 1ère étape
Temps
Classement
Groupe N
Classe N3
Ecart 1er
24m02,5s
69ème / 88
30ème / 37
14ème / 15
+4m01,3s

Mes compères se décident pour aller souper en ville. Ce sera sans moi.
Du coup, DD me ramène chez moi à Toulouse plutôt que d'aller récupérer la Mégane chez Patrick et on décide de reporter ce petit souper à demain soir. 
Cela aura été donc soleil et chaleur pour cette 1ère étape, mais les prévisions sont pessimistes pour demain dimanche. 
21h30. Arrivé à l'appart, je m'écroule dans mon lit sans même avoir soupé.

Dans la nuit et dans mon sommeil récupérateur, je rêve d'éclairs et d'orage. Réveillé brutalement, je constate que c'est bien la réalité !! Toulouse est sous des trombes d'eaux et l'orage redouble de violence. C'était prévu de toute façon, on verra bien demain comment sera l'état de la route.

Dimanche 23 octobre 2005.
Réveil 7h. Il ne pleut pas. Tout est calme.
J'allume mon PC et vais voir les résultats de la première étape sur le site web aveyronnais de Rodez Sport auto. Super, les classements sont en ligne. Merci à Florence d'avoir pu les mettre aussi vite en ligne.
On est 69ème sur 88 à l'arrivée hier soir, donc un départ aux alentours de 8h50.
Un rapide bilan sur mon état. Ca peut aller. J'ai fait un somme d'environ presque 10h malgré l'orage de cette nuit. La migraine est passée. On peut donc repartir sur de bonnes bases !!
Vers 7h45, ça sonne. DD et l'équipe m'attendent en bas et direction le Tarn.
Arrivé à Couffouleux, c'est l'ambiance de sortie de parc, du monde, les curieux, les photos.
Le reclassement a bien sur modifié les équipages devant et après nous. On retrouve néanmoins la N°87, juste devant nous et derrière, ce sont 2 jeunes, Marc Amiel et Romain Favreau.

ES5 : St Martin - 12k900
Comme prévu, je pointe à 8h53 et direction l'ES de St Martin, notre itinéraire de ce matin.
On prend le même chemin que la veille mais un peu moins loin que Montaigut.
Arrivé au CH, tout de suite, on nous met dans l'ambiance. C'est la patinoire sur le tronçon. Les fortes pluies de la nuit ont raviné les champs et de la boue stagne à certains endroits de la route. D'où la règle des "3P" : Prudence, prudence, prudence.
Peu avant de pointer, la Golf N°94 de Yohan et Gaël Montès arrive en retard et le copilote court pour venir au pointage. Ils repartent mais ils ont du perdre quelques minutes.
Pour moi, pointage à 9h08 et rappel du commissaire concernant l'état de la route. Avec Patrick, on se fait un signe comme quoi va falloir lever le pied. On a que des "Sliks", faut pas l'oublier !
Mince, la Gt devant nous fait un faux départ suite à un arrêt de course. Elle fait marche arrière de quelques mètres et attendons la suite des événements.
4mn plus tard, c'est reparti. Départ et à quelques kilomètres, double drapeau jaune croisé. Il faut s'arrêter.
On ralenti et on se retrouve presque à l'arrêt quand on voit la Golf de tout à l'heure, retournée dans le fossé. Voilà l'explication du petit arrêt de course au départ. Ils ont du vouloir rattraper leur retard et leur pénalité, c'est souvent comme ça que l'on part à la faute. On passe tout de même et le reste de l'ES est sans histoire.
C'est vrai que c'est piègeu par endroit mais la route est pratiquement sèche partout sauf dans les cordes. On fera 9m35 à l'arrivée mais les officiels nous attribueront un temps forfaitaire pour le léger arrêt au milieu de la  spéciale.

Au pointage de l'ES5

Tableau de bord ES5
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
9m07,4s
59ème / 87
84km/h
+1m13,7
7m53,7s (Pélamourgues)
 

A l'épingle avant l'arrivée de l'ES5 - Photo : x

ES6: Montvalen - 8k450
On se dirige vers le village de Montvalen, départ dans le bourg.
Sur la liaison, la route est totalement détrempée et boueuse. Heureusement que ce n'est pas une ES car là, c'était une visite assurée dans le champ à côté.
Pointage à 9h40, on nous signale également l'état de la route désastreux vers les "platanes" et départ.
Oups, le premier droite surprend Patrick car la Clio "jette" sur la gauche.
Et pourtant, je l'avais prévenu lors des recos qu'il y avait un piège à cet endroit. Nous l'avions vu l'an passé avec DD en spectateur. Toutes les autos se déportaient à cet endroit.
Bon, pas de soucis mais Patrick a tellement été surpris que les quelques kilomètres suivants ont été plutôt calmes. Arrivé aux fameux "platanes", c'est la glissade mais comme Patrick avait prévu le coup et moi aussi dans l'annonce des notes, ça passe.
Le reste de la spéciale se déroule sans histoire. Dans la grande ligne droite entre Tauriac et la montée dans le sous-bois avant l'arrivée, j'ose à peine regarder le compteur qui frôle les 180.
Plus loin, le sous-bois en question est une vrai patinoire et Patrick ralenti l'allure.
On arrive au point stop et continuons sans histoire vers le parc d'assistance de Rabastens.
Côté santé, impec, ça change de la veille !

Tableau de bord ES6
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
5m59,6s
66ème / 86
84km/h
+0m50,8
5m08,8s (Pélamourgues)
 

Direction maintenant Rabastens pour environ 1 heure d'assistance et de regroupement.
On retrouve DD et Xavier. Toujours pas de grosse assistance. Tout est ok.
David vient nous rejoindre pour discuter un peu et on en profite tous pour faire une pause photo.

Dans le parc d'assistance - Vues d'ensemble

DD, Xavier, Patrick et David

Je pars pointer à 10h57 pour 30mn de regroupement sur la place de la ville, là où était situé le marché la veille. On regarde et on commente les classements et les perfs affichés sur le tableau, près du pointage.
11h31, c'est le pointage de sortie de regroupement 1 minute avant l'heure prévue suite à un abandon dans le parc et direction à nouveau St Martin.

ES7: St Martin - 12k900
On passe le hameau de Saint Martin et son église puis pointage à 11h41. Les commissaires nous disent une nouvelle fois que ça glisse par endroit. C'est parti pour la 2ème boucle.
Comme pour le premier passage, effectivement, les cordes sont boueuses et piégeuses.
D'ailleurs, sur le parcours, on voit la Mitsu de Robert Abadie plantée dans un champ, tout de suite après un virage. Dommage pour lui. On le retrouvera au Fenouillèdes.
On fait un mieux qu'au premier passage et on file vers Montvalen.

Tableau de bord ES7
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
9m04,9s
68ème / 84
85km/h
+1m20,9
7m44,0s (Pélamourgues)
 

ES 8: Montvalen - 8k450
Bon, 2ème passage. Attention au premier droite, lui dis-je. Ok.
Je pointe à 12h09 et c'est reparti.
Le premier droite passe impec et l'épingle gauche au centre du bourg de même.
Patrick semble s'énerver dans la descente qu'il avait fait calmement au premier passage et vu l'état de la route, je lui glisse un "Hey, du calme".
En bas de cette descente et à la sortie d'une corde boueuse, la Clio dérape. Je n'ai même pas le temps de réaliser ce qu'il se passe et nous voici en travers, dans le champ en contre bas.
Damned !, on s'est "sorti".
Aucun bobo, la Clio n'a apparemment rien mais le problème est de savoir comment la sortir de ce trou. On redémarre et ça patine, bien sur.
Au loin, un commissaire a vu la sortie de route et s'empresse de venir à notre rencontre muni d'un drapeau jaune.
Les équipages suivants s'enchaînent et Patrick cherche désespérément une issue pour sortir la Clio. Pour moi, j'ai vite compris la situation. Soit on est que tous les 3 et on rend notre carnet au commissaire car la Clio est immobilisée et c'est l'abandon soit c'est le miracle et d'autres personnes sont là pour nous sortir de cette mélasse ...
Et le miracle fut. Le commissaire, Fabrice pour le nommer, se charge d'appeler du renfort avec son portable et 3 spectateurs, sortis de nulle part, arrivent dans la foulée.
En un rien de temps, on se retrouve à 8. 7 pour sortir la Clio et la placer sur un endroit dégagé et 1 pour surveiller les autos qui déboulent. Génial.
On leur adresse nos plus vifs remerciements et on repart.
Les pneus sont couverts de boue et la Clio est incontrôlable. Pas de panique, on a largement le temps d'arriver au prochain contrôle. La spéciale et le rallye sont terminés pour nous en ce qui concerne le classement mais il suffit maintenant de rentrer au parc en entier. On met les "Warning" et arrivons tranquillement au point stop après s'être fait doubler par deux autos et avoir vu la Mégane de Marcel Roux plantée dans le fossé à quelques virages de l'arrivée. Dommage.

Tableau de bord ES8
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
20m15,1s
81ème / 81
25km/h
+15m15,0
5m00,1s (Beaubelique)
 

Sur la route qui nous mène à Rabastens, on résume la situation. On a encore le temps de pointer, donc pas d'élimination en vue. Je téléphone à DD. La ligne ne passe pas bien et on les retrouve au parc. La Clio est couverte de boue et à l'entrée du parc, toutes les assistances se retournent sur notre passage et doivent se dire "Tiens, ils ont du visiter les champs du coin !!".
On se gare juste en face de l'assistance de Robert Abadie et qui vois-je sortir du camion d'assistance : Jean-Pierre Ségura, le carrossier de Latour. On se connaît maintenant un peu depuis que je gravite dans le petit monde du sport auto mais ça fait drôle de le voir à côté de nous. Je lui raconte notre petite mésaventure identique à celle qui est arrivée à Robert dans l'ES7, sauf que lui, y'avait personne pour l'en sortir.

Dans l'épingle de Montvalen, juste avant notre balade dans le champ - ES8 - Photo : Lor@az

On met tout de même la Clio sur cric, démontons les roues et Patrick regarde sous le châssis s'il n'y a pas eu de bobo. Apparemment, tout va bien. Seuls des petites pièces en plastiques de fixation inférieures sont cassées, plus quelques rivets arrachés.
Pour se remettre de nos émotions, on casse une petite croûte, préparée par DD et Xavier.
A 13h16, pointage et direction le parc de regroupement pour une demi heure.
Là, on retrouve les équipages qui nous suivent sur cette étape et on leur raconte notre mésaventure. Ils nous ont tous vu planté dans le champ et sont venus aux nouvelles. 
Je vais voir également Jean-Pierre Vaille, un habitué du Fenouillèdes, pour lui demander si on ne l'a pas gêné tout à l'heure car il faisait parti des deux autos qui nous ont doublé.

Dans le parc de regroupement - Vues d'ensemble

A 13h39, je pointe à la sortie de parc avec 7 mn d'avance suite à quelques nouveaux abandons et direction la 3ème boucle.
Il faut à nouveau se concentrer et ne pas se laisser intimider par notre petite sortie de tout à l'heure.

ES9 : St Martin - 12k900
Arrivé au CH, je pointe à 13h49 et c'est reparti.
Ca va vite, toujours très vite à certains endroits. Avant la traversée du petit hameau de Raust Eglise, les cordes sont encore pires que ce matin et la terre boueuse recouvre pratiquement tous les virages.
A la dernière épingle avant l'arrivée, Patrick tire à nouveau le câble et c'est l'arrivée.
On fait 6s de mieux que notre premier passage. La route est pratiquement sèche partout mais les cordes restent toujours un problème pour nous. 
On file à Montvalen. On a que 25mn.

Tableau de bord ES9
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
9m01,6s
65ème / 76
85km/h
+1m27,3
7m34,3s (Beaubelique)
 

Dans une corde à Raust Eglise - ES9 - Photo : Lor@az

ES 10: Montvalen - 8k450
Attention pour celle là !!
Ne pas oublier que c'est en bas que l'on est parti à la faute tout à l'heure.
Pointage un peu tendu à 14h17 et c'est le départ.
Comme il fallait s'y attendre, on se concentre sur le fameux passage et on continue sans problème.
A peine 200m plus loin, sapristi ! on voit la Clio de David dans le fossé. Il nous fait signe que tout est ok et Carole est sur le talus, visiblement abattue. Ca a l'air d'aller. Nous avons cependant à peine ralenti et continuons la spéciale.
Espérons qu'ils pourront sortir leur Clio comme nous ce midi.
Après la grande ligne droite et avant la montée du sous bois, on aperçoit rapidement DD et Xavier qui nous font coucou. 
On arrive au point stop et c'est terminé pour cette boucle. Direction à nouveau Rabastens pour l'assistance et le parc de regroupement.

Tableau de bord ES10
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
5m50,2s
57ème / 74
86km/h
+0m51,6
4m58,6s (Beaubelique)
 

Dans l'ES10, en bas de Montvalen. Photo :

Sortie de l'assistance avec pointage à 15h19 puis direction, de l'autre côté de la rue, le parc de regroupement. Surprise, on retrouve David et Carole. Ils ont donc réussi à repartir mais presque 30mn pour se dégager ! Du coup, ce sont eux qui se retrouvent maintenant dernier du classement général. Pas grave, on sera tous ensemble dans le peloton de queue à la remise des prix !!
Je pointe une nouvelle fois en avance à 15h45 pour la sortie du parc. La pluie commence légèrement à tomber mais vu le ciel derrière, il faut s'attendre à une bonne douche.

ES11: St Martin - 12k900
On arrive au CH, je pointe à 15h55 et au départ, c'est le déluge.
On se regarde avec Patrick. Assez d'émotions pour ce week end. On a toujours les "Slicks", la route semble trempée devant nous, dans 1 mois, c'est le Fenouillèdes, on est presque dernier. On va se la jouer tranquille et on va assurer la "rentrade".
Comme prévu, la route est une véritable piscine et Patrick me glisse dans les écouteurs qu'il roule sur des "oeufs". Raison de plus pour ne pas faire d'imprudences.
Arrivé au point stop, c'est l'allégresse. Ouf, on l'a quand même fini, ce Côtes du Tarn !!

Quelque part dans l'ES11 - Photo :

Tableau de bord ES11
Temps ES
Position
Moyenne
Ecart 1er
Temps scratch
Classement
9m58,2s
65ème / 72
77km/h
+2m15,2
7m43,0s (Beaubelique)
 

Un dernier petit contrôle au parc de regroupement avec pointage à 16h23 puis direction la cave de Rabastens, route d'Albi, pour le podium.
Derrière la cave, on nettoie la Clio grâce à une pompe et tuyau d'arrosage dont toutes les caves coopératives sont généralement équipées.
Dernier pointage à 16h38 et c'est le podium.
Le speaker nous annonce et on part ranger la Clio derrière la cave.
Maintenant, on peut se relâcher et en plus, il fait un beau soleil maintenant. On retrouve DD et Xavier puis après avoir décompressé un peu, je pars troquer ma combinaison contre un vieux Jean. Il faut songer également à changer les roues.
Oh, je laisse faire cette fois ci. Même pas le courage de les aider.
Un peu avant 18h, on retrouve David et Carole puis dans le hall de la cave, c'est la remise des prix.
Beaucoup de monde. On y retrouve Alain Dessens, Jean-Yves Lafitte et nos nouvelles connaissances de ce week end. Le speaker nous présente Emile Vandelmer, ancien du groupe Gold et aujourd'hui d'Emile et Images. On le dit Toulousains mais il est en fait natif de Rabastens et il est venu remettre les prix aux vainqueurs de cette 20ème édition des Côtes du Tarn.
Comme il fallait s'y attendre, David et Carole sont en bas du classement et sont appelés en premier. Une bouteille et une coupe pour chacun, c'est sympa tout de même.
On s'attendait à être appelé tout de suite après, et bien non. Un équipage était aussi derrière nous.
Comme pour nos prédécesseurs, c'est pour nous une bouteille, une coupe, un récapitulatif des résultats dans une belle chemise cartonnée aux couleurs de la cave. Impec.

Il est temps de rentrer. On salue David et Carole puis retour sur Toulouse.
On décide d'aller souper tous les 4 pour marquer la fin de ce week end bien rempli !
On trouve à Plaisance un gastos ouvert ce dimanche soir. Rien de tel pour finir la soirée agréablement autour d'une bonne tablée.
On discute des temps de fous de François Pélamourgues, vainqueur de ce 20ème Côtes du Tarn. Dire qu'il a, comme nous, une Clio Rs en N3 et qu'il a fait le scratch à 3 reprises. Bon, c'est pas la même préparation, c'est évident, mais ça laisse rêveur tout de même ... Un grand bravo à lui.

Le podium d'arrivée

Tableau de bord final
Engagés : 115 - Partants : 110 - Classés : 71
Temps
Classement
Groupe N
Classe N3
Ecart 1er
1h33m19,5s
69ème / 71
28ème / 30
10ème / 11
+26m45,2s

Voilà, le week end est terminé, une fois de plus riche en émotions, aux anecdotes mais également et surtout à la très bonne humeur et à la convivialité. Bien sur, un grand merci à l'inénarrable DD et à Xavier pour l'assistance.
Ils sont déjà prêts tous les 2 pour venir au Fenouillèdes. On sera tous chez nos parents, Patrick à Toulouges, DD à Ille, moi à Cassagnes. Xavier sera le bienvenue chez l'un ou chez l'autre ... Pas de problème.
Ravi d'avoir rencontré pour cette occasion Florence, Christophe et Alex, Jean-Pierre Vaille, Jean-Philippe et Frédéric et d'avoir pu retrouver bien d'autres connaissances qui s'ajoutent au fur et à mesure lors de mes week end rallystiques.
Dans 1 mois, c'est donc le Fenouillèdes, c'est au pays et je suis également le webmaster du site officiel. Bigre, va falloir assurer sur les 2 tableaux !!!
A suivre .....

Liens :
Site du rallye : http://rallyedescotesdutarn.free.fr
Nos sites amis qui nous ont fait suivre le rallye d'une façon exemplaire et dignes d'être à la hauteur des sites de rallyes professionnels pour la qualité des infos  : 
http://perso.wanadoo.fr/pdarallyesport
et : http://perso.wanadoo.fr/rodez.sportauto


Début de page
Retour menu